Les collections d'ARMES et de MUNITIONS et la DOCUMENTATION




L'APAB assure la gestion et l'entretien d'une importante collection d'armes de gros et moyen calibre et de munitions de toute nature. Cette collection a été inventoriée par le Musée de l'Armée de l'Hôtel des Invalides et qualifiée d'unique en France et même peut-être en Europe.

La collection d'armes comprend une cinquantaine de bouches à feu. Elle s'est constituée peu à peu en conservant des prototypes de nouveaux matériels ainsi que des matériels étrangers envoyés à Bourges pour expertise. C'est un directeur de l'Atelier de construction de Bourges (ABS), l'Ingénieur Général COMBES, qui a eu l'idée de regrouper, vers 1950, toutes ces pièces. La collection d'armes a été d'abord installée dans le bâtiment historique de la forerie, près du boulevard Lahitolle, puis en 1967, elle a rejoint la collection de munitions de l'ex-ECP (Ecole Centrale de Pyrotechnie), dans l'enceinte dite de « la Pyro », route de Guerry.

L'ECP possédait une collection de munitions anciennes issue de L'Ecole de Pyrotechnie militaire de Metz. Les bureaux d'études de l'ECP, puis plus tard de l'EFAB, ont conservé des échantillons de leurs créations, alors que, sur le polygone, la Commission d'Expériences puis l'ETBS gardaient trace des expertises demandées par l'Etat-Major sur d'autres munitions.

La situation perdure jusqu'en 1990, date de création de la société nationale Giat Industries. Cette dernière n'ayant plus le statut étatique, l'État, représenté par l'ETBS, a donc repris toutes les pièces de musée, canons et munitions. L'ETBS a assuré la remise à hauteur des armes puis en a confié la gestion à notre association. Les collections ont été identifiées, restaurées, entretenues et mises en inventaire informatisé par l'association. Les collections sont maintenant implantées dans des locaux de l'actuel Centre de Formation de la Défense (CFD ex CFBS).

S'agissant de matériels militaires de « 1ère catégorie », la réglementation impose des contraintes aussi bien pour la sécurité des locaux que pour l'habilitation des personnes qui les manipulent. Les collections sont actuellement inaccessibles à la visite.



- COLLECTION DE CANONS -



Les principales pièces :
  • un canon de campagne de 8 livres système Vallière (1732) : canon en bronze de 18 calibres (1,90 m) sur affût en bois, portée 800 à 1 500 m, cadence 1 coup par minute avec boulet plein de 8 livres (Ø 106 mm) ensaboté.
    
  •   un canon de 95 mm Lahitolle  (1875) premier canon en acier à chargement par la culasse, tube de 26 calibres (2,59 m), portée 6 500 à 10 000 m avec obus de 11 kg et charge propulsive réglable à gargousse.
  • un canon de 90 De Bange,
  • des canons de 75/97 de différents modèles,
canon de 75 mm modèle 1897 : premier canon à lien élastique (seul le tube recule au départ du coup), tube en acier de 33 calibres (2,475 m), portée max 6 500 m, cadence de tir 20 à 28 coups par minute
lien élastique du canon de 75/97
  • des canons du constructeur Schneider : 105 mm de 1913, 75 de tranchée, mortier de 220, obusier de 155,
  • un canon de 155 GPF, premier canon biflèche à grande portée (1916),
  • un Long Tom (155 Gun américain) cousin proche du 155 GPF,
  • des canons antichar des années 1930 et pour les pièces plus récentes, des canons des années 1950 (105 TF50 tri-flèche, 105 AU50, 155 BF50, 105 HM2),
  • un obusier de 155 mm biflèche modèle 1950 (OB 155 BF 50) : tube de 23 calibres (4,41 m), portée max 17 500 m avec obus de 42 kg et charge propulsive réglable à gargousse, cadence 3 à 4 coups par minute, frein de tir à longueur de recul variable.
  • des canons de char et des canons de moyen calibre.


- COLLECTION DE MUNITIONS -



Riche d'environ 3500 pièces, elle montre l'évolution de la technologie depuis les fusées de guerre dites « de Sébastopol » (1854) jusqu'aux missiles récents, des premiers boulets jusqu'aux munitions de chars modernes à charge creuse, perforantes cinétiques, ou d'artillerie à sous-munitions, en passant par les munitions de 75 de la Grande Guerre. De nombreuses autres pièces sont exposées : petits et moyens calibres, roquettes, mortiers mines, artifices, effets sur blindages, etc.


    
  • le premier obus cylindrique (le boulet donne des éclats en fonctionnant)  (1630)
  • les premiers obus oblongs à tenons (le canon est rayé et l'obus est stabilisé sur la trajectoire par effet gyroscopique)  (1858)
    
  • les cartouches pour canon de 75/97 (obus de 5 à 7 kg et sa douille contenant une charge propulsive réglable)




- DOCUMENTATION -




La documentation conservée par l'association provient principalement de l'héritage des divers établissements de Bourges. Elle contient essentiellement des publications spécialisées des XIXe et XXe siècles, exceptionnellement du XVIIIe, ainsi que des documents en relation directe avec les collections : cours, instructions, notices et tables de construction de matériels développés par ces établissements.


Riche d'environ 2500 ouvrages, on y trouve, notamment :

  • des collections complètes ou partielles de revues et d'ouvrages périodiques concernant majoritairement l'artillerie : Mémorial de l'artillerie, Revue de l'artillerie, Revue du génie militaire, Revue historique des armées, L'Aide-Mémoire de l'officier d'artillerie, l'Etat militaire de l'artillerie...

  • des ouvrages spécialisés concernant l'armement lourd : Dictionnaire de l'artillerie, Mémoires de l'artillerie, Histoire de l'artillerie de terre, Chars et blindés français... ;  des instructions, règlements, tables de tir, manuels d'utilisations de matériels d'artillerie ; des documents divers sur l'organisation, l'administration, la jurisprudence ; sur les bouches à feu, la grosse artillerie, l'artillerie navale ; sur les matériels étrangers...

  • des documents relatifs aux armes de moyen calibre, principalement développées à Bourges,

  • des documents concernant la pyrotechnie : ouvrages traitant d'étude et d'essais, dictionnaires de pyrotechnie ; cours, manuels, anciens et récents portant sur les artifices de guerre et les fusées d'amorçage, sur les poudres et explosifs ; publications, recueils, notes... ; plans, instructions notices, tables de constructions concernant les installations, les éléments de munition ; documents traitant de la sécurité....

  • des  documents concernant l'histoire et la vie des établissements militaires ou privés de Bourges et d'ailleurs,

  • des documents divers, historiques, scientifiques ou techniques, principalement liés à la fabrication des armes ou des munitions : ouvrages d'histoire générale ; ouvrages d'histoire militaire ; ouvrages scientifiques et techniques (à partir de 1750) liés à la fabrication des armes et des munitions.
Vue de la bibliothèque




Extrait de l'ouvrage
« De la FONTE DES MINES,  DES FONDERIES, etc. »
publié, en 1750, par M. Hellot.
(Le style de la décision royale a un délicieux caractère suranné)